Qu’est-ce que la rémission clinique du diabète et quand a-t-elle lieu ?

La rémission clinique du diabète est une disparition complète ou partielle des signes cliniques du diabète en réponse à une insulinothérapie. On l’observe assez fréquemment chez le chat diabétique avec des taux de rémission d’au moins 25 % vraisemblablement selon le délai entre l’apparition du diabète et le début d’un traitement approprié.

On ne doit pas confondre rémission et état pré-diabétique, lequel est observé chez la chienne au cours du metoestrus : période au cours de laquelle les îlots de Langerhans continuent à fonctionner mais où des signes de diabète sont observés à la suite d’une résistance à l’insuline provoquée par une production d’hormone somatotrope déclenchée par la progestérone dans la glande mammaire. Ce type de chiennes n’est pas vraiment diabétique mais est susceptible de le devenir si un traitement approprié n’est pas mis en place (ovario-hystérectomie/ovariectomie).

Combien de temps le flacon de Caninsulin® peut-il être gardé au réfrigérateur après la première ponction ?

Après la première ponction, le flacon sera utilisé dans un délai de 20 jours au plus.

Peut-on diluer Caninsulin® ?

Il n’est pas recommandé de diluer Caninsulin®. Caninsulin® est un mélange d’insuline (soluble) amorphe et d’insuline cristalline. La partie cristalline est relativement insoluble, ce qui explique que l’activité de l’insuline dure plus de quelques heures. Caninsulin® bénéficie d’un équilibre entre la part amorphe et la part cristalline. Si Caninsulin® est dilué, l’équilibre entre les parties amorphe et cristalline ne sera plus de 30 % et de 70 %, respectivement. La quantité d’insuline soluble est augmentée par le diluant aqueux utilisé. On obtient alors une fraction aqueuse plus importante et une fraction cristalline plus faible.

En outre, la stabilité de la suspension reste inconnue en cas de dilution de Caninsulin®. La suspension Caninsulin® a été mise au point afin de maintenir au maximum la portion cristalline sous la forme d’un sel. Si la teneur en eau est augmentée par dilution, la solution « cherchera un nouvel équilibre », c’est à dire qu’elle ne sera plus stable.

Un grand nombre de spécialistes pensent que la posologie de Caninsulin® recommandée par MSD Animal Health est trop forte et préfèrent utiliser deux doses par jour au lieu d’une monodose. Qu’en pensez-vous ?

Un grand nombre de spécialistes recommandent l’administration de Caninsulin® en deux fois par jour chez le chien pour un maximum d’environ 0,5 unités/kg par dose. Il est important de garder à l’esprit que nous ne cherchons pas à traiter la concentration de la glycémie mais l’état clinique de l’animal et qu’un grand nombre de chiens s’en sortent très bien d’un point de vue clinique avec de l’insuline lente une fois par jour ; notons néanmoins que les concentrations en glucose sanguin ne seront pas optimales sur toute la période de 24 heures. La décision d’utiliser Caninsulin® en une fois ou deux fois par jour peut être prise en fonction de chaque cas.

Caninsulin semble ne plus être efficace. Que dois-je faire ?

Les problèmes les plus fréquents dus à l’administration d’insuline sont simples.
Cherchez à savoir si :

Si l’on observe des signes de faible maîtrise de la glycémie, mais que le nadir de la glycémie est compris entre 5 mmol/l (0.9 g/l) et 10-12 mmol/l (1.8 - 2.16 g/l), on peut penser qu’il s’agit soit :


Problèmes de conservation ou d’administration

  1. Dose trop forte: Si le nadir de la glycémie est inférieur à 5 mmol/l (9 g/l) ou si les concentrations en glycémie chutent rapidement, on peut penser à un rebond de l’hyperglycémie (Effet Somogyi).Le nadir de la glycémie doit se trouver dans la plage normale. Une courbe sériée de la glycémie avec des échantillons prélevés toutes les 2 heures devra être établie afin de clarifier ce point. Un échantillon sanguin unique au moment où le nadir de la glycémie est sensé être observé ne suffit pas.
  2. Technique utilisée par le propriétaire : Il est important de vérifier la technique utilisée par le propriétaire de l’animal, en particulier lorsque l’animal a montré une bonne maîtrise pendant un certain temps ! Vérifiez :

La résistance à l’insuline
On peut envisager cette hypothèse si les besoins en insuline augmentent jusqu’à plus de 1,2 unités par kg une fois par jour chez le chien ou plus de 1,2 unités par kg deux fois par jour chez le chat, et en particulier lorsque les besoins sont supérieurs à 2 unités par kg ! Des causes évidentes de résistance à l’insuline comprennent l’obésité, mais après stabilisation, elles ne doivent néanmoins pas entraîner d’augmentation spectaculaire des besoins en dose d’insuline.


N’oubliez pas que certains chiens nécessitent une administration de l’insuline en deux fois par jour. Chez ces animaux, une augmentation de la dose peut ne pas réussir à produire d’augmentation de la durée d’activité, mais est en revanche susceptible d’accélérer l’hypoglycémie et une hyperglycémie sensible au traitement. Les chiens chez lesquels la durée de l’activité de l’insuline est inférieure à 10-14 heures doivent recevoir leur insuline en deux fois par jour, par ex. en commençant par 0,5 unités par kg deux fois par jour.

 

Certains chiens ou chats diabétiques, bien stabilisés avec Caninsulin®, ont régulièrement besoin que leur dose d’insuline soit augmentée. Pourquoi un tel phénomène se produit-il ? Est-ce dû à la production d’anticorps ?

Il n’est pas rare que les besoins en insuline évoluent avec le temps. Ce facteur est lié à la progression de la maladie (ex. atteinte des récepteurs tissulaires, etc.) et peut être lié à la manière dont l’animal est stabilisé sur une période de 24 heures.

En outre, tout changement du poids corporel ou du programme d’exercices ainsi que le vieillissement sont des facteurs de modification des besoins en insuline. Vérifier la possibilité de tout problème concomitant, par ex. une néphropathie.

En général, les travaux publiés sur les anticorps montrent que ces derniers sont présents chez tous les animaux traités par de l’insuline, que l’insuline soit identique ou non à leur propre insuline. Les anticorps apparaissent au stade précoce du traitement et peuvent dans certains cas diminuer (plutôt qu’augmenter).

La présence en anticorps ne corrèle pas une faible réponse au traitement chez le chien ou le chat. Les anticorps sont donc présents mais personne ne semble connaître leur rôle. On a même suggéré qu’ils prolongent en réalité l’activité de l’insuline !

Si une cristallisation est observée autour du bouchon du flacon, peut-on continuer à utiliser Caninsulin® ?

Il arrive que des cristaux se forment autour du bouchon du flacon de Caninsulin®. Ils sont minimes et semblent être dus au transport ou à la conservation du flacon dans le réfrigérateur en position couchée ou à l’envers. Afin de minimiser l’apparition de ces cristaux, conservez le flacon de Caninsulin® en position verticale dans le réfrigérateur. Malgré cela, si une quantité minime de cristaux se forme, il est tout à fait possible de continuer à utiliser Caninsulin®. Si vous vous inquiétez d’une formation excessive de cristaux autour du bouchon des flacons de Caninsulin®, merci de prendre contact avec le délégué MSD Animal Health de votre secteur.

Quelle est la meilleure manière de passer d’une autre préparation insulinique à Caninsulin® chez un animal diabétique stable ?

Lorsqu’un changement d’insuline est nécessaire, il est important de prendre toutes ses précautions. Etant donné la nature de l’affection, il est délicat de donner des directives générales, même s’il est possible de vous donner quelques conseils :

Si une régulation idéale n’a pu être obtenue, nous vous suggérons de débuter le traitement par Caninsulin® à 75-100 % de la dose utilisée pour l’insuline précédente. Dans les deux cas, la dose devra ensuite être ajustée jusqu’à obtenir de nouveau une régulation adéquate.

Chiens- une augmentation de la dose d’insuline sera différente en fonction de la taille du chien. Par exemple, un petit chien recevant 2 UI devra recevoir une augmentation de dose par paliers de 1 UI par injection. Pour un chien plus gros recevant une dose de départ de 25 UI, une augmentation par paliers de 3-5 UI par injection peut être utilisée. Pour plus d’informations, merci de lire la section consacrée à l’ajustement de dose chez le chien.

Chats- des paliers de 1 UI par injection sont recommandés.
Pour plus d’informations, merci de lire la section consacrée à l’ajustement de dose chez le chat.

Important:

Dans tous les cas, laissez l’animal s’adapter à sa nouvelle dose pendant au moins trois à quatre jours avant de procéder à une nouvelle augmentation. Des augmentations plus importantes ou plus fréquentes ne sont nullement recommandées étant donné les variations de réponse à l’insuline de chaque cas.

Surveillance après changement d’insuline

Dans tous les cas, lorsque la posologie de l’insuline (type, dose ou fréquence d’administration) a été modifiée, une surveillance étroite de l’animal est nécessaire. Quatre ou cinq jours après le changement de type d’insuline, une évaluation de la courbe de la glycémie sera effectuée afin de vérifier si le débit de dose, etc. sont oui ou non adéquats.

La stabilisation n’est pas toujours facile à obtenir. Le facteur humain peut être une importante source de problèmes. Un nouveau produit, à une concentration différente, une nouvelle seringue et/ou un nouveau schéma thérapeutique peuvent être source de confusions, en particulier pour le propriétaire de l’animal. Des visites de suivi sont vivement conseillées. Pour plus d’informations, merci de lire la section consacrée àla surveillance.

Des injecteurs sans aiguille et des stylos à insuline sont disponibles pour l’être humain. Peut-on utiliser ces dispositifs pour administrer Caninsulin® à un chien ou à un chat diabétique ?

Caninsulin® a, à ce jour, uniquement obtenu une autorisation pour une administration par seringue. Pour les raisons suivantes, il n’est pas conseillé d’utiliser de stylos à insuline destinés à l’humain :


La parésie des membres postérieurs est-elle un symptôme du diabète sucré chez le chat ?

La parésie des membres postérieurs peut être le résultat d’un diabète félin.

La parésie des membres postérieurs est également observée dans un certain nombre d’autres affections du chat :

Un de mes clients est une personne âgée. Puis-je charger des doses d’insuline dans les seringues à sa place pour faciliter le traitement de son chat diabétique ?

Il peut être problématique de procéder à la re-suspension de l’insuline avec des doses si faibles. La meilleure chose à faire est d’essayer une posologie d’un ou deux jours avec des seringues pré-remplies et de voir comment réagit le chat. Selon la réponse au traitement, vous pourrez décider si charger les seringues avec l’insuline à la place de votre client est viable ou non.

Existe-t-il des informations sur l’utilisation de Caninsulin® chez le lapin ?

Dans certains pays (dont la France), Caninsulin® n’a pas d’homologation pour une utilisation chez le lapin. Il peut cependant être autorisé pour une utilisation chez le lapin non destiné à la consommation par l’homme. Pour plus d’informations, merci de contacter le délégué MSD Animal Health de votre secteur.

Les informations suivantes sont fournies par le Dr Thomas Göbel (Kleintierpraxis, Mecklenburgische Straße 27 14197 Berlin.)

Informations de base

Le diabète sucré chez le lapin ressemble au diabète insulino-dépendant de l’homme. Lorsque la sécrétion insulinique est limitée, maintenue ou augmentée, la sensibilité tissulaire à l’insuline diminue (résistance à l’insuline périphérique), entraînant un déficit relatif en insuline. Les signes cliniques caractéristiques sont la polydipsie, la polyurie, ainsi que la polyphagie et la perte pondérale. On observe parfois une cataracte uni- ou bilatérale. On observe également une glycosurie.

Le diagnostic est posé sur la base de l’anamnèse, des signes cliniques et de concentrations en sucre sanguin supérieures à  3 g/l (16,7 mmol/l) à plusieurs reprises.

Posologie
La posologie de Caninsulin® à administrer au lapin diabétique devra être fondée sur le niveau de maîtrise des concentrations en glucose sanguin. Une dose initiale de 1 unité par kg une fois par jour est recommandée. En fonction de l’efficacité, on peut administrer une dose plus forte (jusqu’à 3 unités/kg une fois par jour) ou deux doses par jour. Notons que des doses plus fortes ne devront pas être administrées pendant au moins 2 jours étant donné qu’une réaction nette à l’insulinothérapie n’est généralement pas observée avant ce délai. Une dose plus forte administrée trop tôt est susceptible de causer des signes cliniques subits : polyurie, polydipsie et polyphagie, ainsi qu’un retour à la normale du lapin. La concentration en sucre sanguin désirée se situe entre 1.2 et 2.5 g/l (6,7 et 13,9 mmol/l). Des niveaux inférieurs augmentent le risque d’épisodes hypoglycémiques.

Alimentation
La nourriture des lapins est naturellement riche en fibres brutes ; les lapins mangent de petites portions tout au long de la journée. La nourriture du lapin diabétique doit être composée de foin, de fourrage vert de haute qualité et de peu d’aliments tout prêts. Les aliments tout prêts sont souvent riches en énergie et contiennent trop peu de fibres brutes. Nourrir les lapins diabétiques par des friandises et des fruits sucrés (comme la pomme, la poire et les baies) n’est pas conseillé.

Contrôle
Les lapins répondant bien à l’insulinothérapie devront être contrôlés tous les trois mois. Les concentrations en glucose sanguin et urinaire devront être mesurées. Il est également normal de vérifier le bien-être général du lapin ainsi que son régime alimentaire.

Références
Ewringmann A, Göbel T
(1998) Diabetes mellitus bei Kaninchen, Meerschweinchen und Chinchilla. Kleintierpraxis 43, 337-348.
Ewringmann A & Göbel T (1998) Untersuchung blutchemischer Parameter bei Heimtierkaninchen. Kleintierpraxis 43, 447-452.