Les signes cliniques du diabète sucré chez le chien et le chat

Les signes cliniques sont utiles dans le diagnostic et la surveillance du diabète canin et félin. D’autres analyses biologiques sont également nécessaires pour poser le diagnostic du diabète sucré et pour la surveillance des animaux domestiques diabétiques sous traitement.

A lire :

Le diabète sucré montre trois tableaux cliniques différents :

Le diabète sucré non compliqué

Signes Cliniques :


Parmi les complications du diabète à long terme causées par glycation des protéines, on compte notamment :

haut de page

Acidocétose diabétique


L’acidocétose diabétique est une urgence métabolique grave.

Elle apparaît suite à :

  1. un diabète sucré de longue date non diagnostiqué
  2. une dose insulinique insuffisante chez le diabétique sous traitement
  3. une action insulinique altérée et/ou une résistance causée par l’obésité, une maladie ou la prise de médicaments concomitantes. Cette cause est responsable de plus de deux tiers des cas d’acidocétose diabétique.

A cause du manque d’insuline, le glucose ne peut être utilisé en tant que source énergétique. Les graisses sont décomposées pour fournir de l’énergie. Au cours de la lipolyse, de fortes concentrations de cétones sont produites. La cétose et l’acidose apparaissent et s’accompagnent de déséquilibres en électrolytes. La cétose est responsable d’anorexie, de nausées et de léthargie.

Diagnostic
Le diagnostic de l’acidocétose diabétique repose sur la présence de cétonurie acompagnée des signes de la maladie systémique.

Traitement
L’acidocétose est une urgence thérapeutique et son traitement doit être débuté le plus vite possible. Les objectifs du traitement sont :

  • Correction des déficits hydriques, de l’équilibre acido-basique et électrolytique
  • Diminution des taux de glucose dans le sang et de cétones
  • Reconnaissance et correction des causes sous-jacentes et déclenchantes

Correction des déficits hydriques, de l’équilibre acido-basique et électrolytique

  • Réhydratation i.v. par liquides isotoniques, ex. solution saline 0,9 %.
  • Si possible, on mesure et corrige les concentrations en électrolytes et l’équilibre acido-basique.

Diminution des taux de glucose dans le sang et de cétones

  • Administration par voie intraveineuse d’insuline rapide. Caninsulin® est un type d’insuline semi-retard (ou semi-lente). Elle n’est pas adaptée pour une administration par voie intraveineuse.
  • L’utilisation d’injections intermittentes par voie intramusculaire de faibles doses d’insuline semi-retard a également été décrite. Caninsulin® est autorisée pour une administration par voie sous-cutanée et non intramusculaire.

Lorsque la glycémie est réduite et maintenue à une concentration comprise entre 11 et 14 mmol/L (198 et 252 mg/dl) pendant au moins 4-10 heures, une insulinothérapie par Caninsulin® administrée par voie sous-cutanée peut être initiée.

haut de page

Syndrome d’hyperglycémie hyperosmolaire

Le syndrome d’hyperglycémie hyperosmolaire (SHH) ou syndrome hyperosmolaire non cétosique constitue une complication peu fréquente du diabète sucré non traité. Il s’agit d’une urgence thérapeutique au pronostic extrêmement réservé.

Le SHH se caractérise par une hyperglycémie (ex. >36 mmol/l ou >650 mg/dL) et une osmolalité (>380 mOsm/L) très marquées. Des concentrations glycémiques aussi élevées ont pour conséquence une évacuation par osmose de l’eau présente dans les cellules cérébrales entraînant le coma.

Diagnostic
Au départ, avant que le SHH n’apparaisse, les signes cliniques typiques du diabète sucré sont observés :

Les animaux atteints perdent progressivement leurs forces, deviennent anorexiques, léthargiques et s’abreuvent moins.

Un examen physique révèle souvent les points suivants :

  • une profonde déshydratation
  • une léthargie
  • une dépression sévère ou un coma

Comme décrit plus haut, il semble qu’il y ait une relation directe entre la sévérité de l’hyperosmolalité et la sévérité des signes cliniques.

Comment le différencier de l’acidocétose diabétique :

  • on n’observe aucune acidocétose dans le SHH
  • les concentrations de glucose dans le plasma sont bien plus élevées (>36 mmol/l ou >6.5 g/l) dans le SHH


Traitement
L’objectif du traitement est la correction de l’état hyperglycémique hyperosmolaire. On obtient ce résultat par réhydratation i.v. agressive et réduction de la concentration de glucose dans le sang.

Pendant les 4-6 premières heures, la réhydratation est cruciale. L’insulinothérapie peut être retardée jusqu’à ce que l’état de l’animal se soit amélioré.

Pronostic
Le pronostic d’une rémission complète est extrêmement réservé. Même avec un traitement approprié, un grand nombre d’animaux meurent au cours des premières 24 heures. Le taux de survie à long terme est d’environ 12 %.

haut de page

signes cliniques du diabète sucré chez le chien et le chat